Château de Santenay, une nouvelle ère

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de découvrir le Château de Santenay en période de vendanges.

Château de Santenay, la porte

Une belle propriété administrée par Crédit Agricole Grands Crus depuis 2012 et seule participation bourguignonne de cette belle société qui gère quelques perles bordelaises. Le Château vaut le détour, magnifique demeure seigneuriale qui a appartenu au Grand Philippe Le Hardi, Premier Duc de la Grande Bourgogne (1342-1404) mais… c’est du vignoble dont nous allons parler !

Château de Santenay

Les 98 hectares de vignes, sur les appellations Mercurey (72 hectares), Pommard, Santenay bien sûr, mais aussi Saint-Aubin, Chassagne-Montrachet ou bien encore Clos de Vougeot Grand Cru, font de ce Domaine, un des plus grand de la Grande Bourgogne.

Mercurey Simon ROBERT

Les rouges représentent les deux tiers de la production.

Une viticulture raisonnée est conduite depuis de nombreuses années. J’ai visité les vignes de Mercurey, en pleine campagne de vendanges. Il y a de la vie dans la vigne !

pinot noir Mercurey Château de Santenay

Château de Santenay vendange 2014

J’ai eu la chance de rencontrer le Directeur de CA Grands Crus, Thierry Budin, qui nous a présenté sa belle propriété, ses vins, son ambition.

Château de Santenay pressoir

Des investissements colossaux ont été réalisés au niveau des installations techniques. Une cuverie à la pointe de la technique qui permet notamment un meilleur respect des raisins, une meilleure maîtrise des macérations pré-fermentaires, avec des cuves aux tailles variées pour travailler au mieux dans une logique de sélection parcellaire.

Château de Santenay cuverie

 

Château de Santenay fermentation

A la dégustation, les blancs sont marqués par une nervosité rafraîchissante.

IMG_20140921_114330

Le Chassagne Montrachet 2013 se distingue par un toucher généreux et des notes élégamment lactées.

Château de Santenay chassagne montrachet

Le Mercurey 1er cru les Puillets 2012 (rouge), par des notes d’épices et de pivoine et une rondeur apportée par les terroirs argileux.

D’une manière générale, sur les 2012 et 2013, on note l’attention portée au respect de la matière première et la qualité assez homogène des cuvées. Seul le Meursault m’a un poil déçu car un peu trop droit à mon goût. Les Saint-Aubin représentent des belles opportunités d’accéder aux grands terroirs bourguinons pour 17€.

De belles découvertes…

Pour plus d’informations, visitez le site du Château de Santenay

Publicités