Smith Haut Lafitte entre dans une nouvelle ère

Alice et Jérôme Tourbier commencent à reprendre le flambeau au Château Smith Haut Lafitte

Cela fait maintenant 25 ans que la famille Cathiard a repris cette perle de l’appellation Pessac-Léognan.

Alice Tourbier, fille de Florence et Daniel Cathiard et Jérôme Tourbier, son mari commencent à prendre la relève sur les activités vitivinicoles. Ils ont déjà plus que fait leurs preuves dans les affaires hôtelières avec l’Hôtel les Sources de Caudalie, au Domaine, et l’Hôtel les Etangs de Corot près de Paris. Je les ai rencontrés dans ce dernier établissement pour en savoir plus sur leur ambition et redécouvrir les vins de Smith Haut Lafitte.

Alice et Jérôme

Tout d’abord, il faut souligner les changements opérés par la famille Cathiard depuis la reprise du Domaine en 1990. Une étude approfondie des terroirs de Smith pour replanter les cépages les mieux adaptés aux différents sols du Domaine. Les plans et porte-greffes utilisés sont d’ailleurs produits par le Château Smith Haut Lafitte tout comme les barriques qui servent à élever les vins du Domaine, ce qui est assez unique !

Les pratiques culturales ont aussi été adoucies avec le retour du Cheval à la vigne comme dans d’autres Domaines de renom, une agriculture raisonnée et un travail de sélection des zones à vendanger grâce à une imagerie satellite qui permet d’assurer une maturité optimale.

Sans oublier les investissements techniques avec notamment l’inauguration d’un nouveau cuvier en 2013 qui intègre les dernières technologies de pressurage vertical et des cuves de fermentation en bois dans lesquelles on vinifie séparément les cuvées issus des différents terroirs du Domaine.

On notera aussi, l’avènement du tri optique et d’un cuvier unique en son genre pour les seconds vins du Domaine, qui permet le recyclage du CO2 issu de la fermentation sous forme de bicarbonate de soude… Bientôt des savonnettes SHL ?

Alice et Jérôme Tourbier gravitent depuis leur plus tendre enfance dans l’univers du vin. Ils combinent à la fois une bonne vision stratégique et un pragmatisme impressionnant qui les conduit à parcourir la planète pour être au plus près des marchés et de cerner mieux que bien d’autres les attentes des clients des pays « consommateurs traditionnels » comme celles des clients en provenance de pays émergents.

L’avenir du Domaine est entre de bonnes mains !

Les vins en dégustation :

Je suis toujours aussi bluffé par les blancs de Smith Haut Lafitte, un des plus grands Bordeaux blancs à mes yeux, qui ne représente qu’environ 5% de la production du Domaine.

Smith Haut Lafitte

Château Smith Haut Lafitte blanc 2012

Sauvignon blanc / gris et sémillon (de plus en plus présent dans les assemblages).

Un vin d’une grande pureté, sur la minéralité et les agrumes frais qui évolue sur d’étonnants arômes qui pourraient nous faire penser à de grands rieslings !

Un sacré potentiel de garde… Bref, on aime.

Parfait sur cette belle composition du Chef Rémi Chambard au Corot (1 étoile Michelin) qui met en scène le tourteau, le radis, le cresson et le citron…

tourteau Corot

Château Smith Haut Lafitte 2007
Déjà sur des arômes d’évolution assez marqués (sous-bois, gibier, cuir), avec des tannins parfaitement fondus. A déguster sans attendre sur une belle pièce de gibier.

Il s’est bien marié avec un agneau d’une grande tendresse concocté par Rémi Chambard, accompagné d’aubergine, de cébettes, d’oseille et d’une réduction de vin de Xérès.

agneau corot

Pour finir, Les Hauts de Smith 2010

Sans doute un des meilleurs seconds vins des Graves sur le grand millésime 2010, que j’ai dégustés jusqu’ici.

Un bel équilibre entre rondeur apportée par les merlots, structure avec des tannins très fins, encore sur des arômes de fruits frais et une belle robe de jeunesse.

Bref, il faut courir en acheter !

 

Je vous en dirai plus sur les Etangs de Corot d’ici quelques temps… J’ai testé le SPA Vinothérapie Caudalie, c’était magique !

Une terrasse donnant sur les étangs va ouvrir dans quelques jours et je2 compte bien m’y rendre.

Publicités