Le Pineau des Charentes, de multiples expressions de la passion des vignerons

De retour d’une escapade autour du Pineau des Charentes, je vous relate mes impressions à chaud !

Tout d’abord, c’est la diversité des styles et le haut niveau de qualité qui sont frappants.

La filière a en effet beaucoup œuvré durant les dernières décennies pour faire de ce vin de liqueur un choix de cœur et de raison pour les producteurs !

Pineau des Charentes

Ainsi, des producteurs qui se démarquent depuis des décennies de ceux qui considéraient le Pineau des Charentes comme un amortisseur de crise ou une variable d’ajustement ont été rejoint par une jeune génération de passionnés de cette appellation qui demande beaucoup de patience et de savoir-faire. La rencontre avec Sophie Brard Blanchard qui produit des Pineaux des Charentes labellisés Agriculture biologique au Domaine éponyme m’a fait prendre conscience de cette passion pour ce vin de liqueur qui est le trait commun de ces producteurs qui pourraient valoriser autant leur production en la vendant en vrac au négoce cognaçais.

Sophie Brard Blanchard

La diversité des styles est garantie par l’obligation pour le producteur de Pineau des Charentes de façonner lui-même toutes les composantes de ce fabuleux produit. Ainsi, à la fois les jus de raisins et l’eau de vie de Cognac doivent être produits par le Domaine. Cela garantit donc une variété de styles considérable qui vont dépendre des cépages utilisés, des terroirs, des choix de coupe à la distillation de l’eau de vie ainsi que de partis pris techniques comme celui de lancer légèrement les moûts en fermentation avant l’adjonction du Cognac ou bien de procéder à des macérations pour extraire de la couleur et des arômes.

Comment obtient-on un Pineau des Charentes ?

Ainsi, vous l’avez compris, le Pineau des Charentes est obtenu par adjonction de Cognac (env 25% du volume total, en général avec une eau de vie distillée l’année précédente) au jus de raisin fraîchement pressé. Le titrage alcoolique final du Pineau des Charentes est compris entre 16% et 22%.

Les Pineaux blancs sont majoritairement issus des cépages cognaçais comme l’ugni blanc, le colombard ou bien encore le montils mais certains vignerons comme Monsieur Thomas au Château de Beaulon utilisent le sauvignon et le sémillon ou bien quelques autres cépages anecdotiques.

Les Pineaux rosés-rouges dont la robe est obtenue soit par une chauffe du moût, soit par adjonction de Cognac avant de procéder au pressurage avec une gamme de couleur très variée est en général obtenue à partir du merlot, du cabernet franc, du cabernet sauvignon ou du malbec.

Si le Pineau des Charentes blanc représente 60% de la production, j’avoue avoir été plus que séduit par les Pineaux rouges qui sur la jeunesse développent une palette d’arômes de fruits rouges comme la framboise ou la cerise qui font de très beaux vins d’apéritif ou en mariage avec des desserts à base de ces fruits.

L’accord du Pineau rosé du Domaine du Chêne sur ce dessert à la cerise confite au Pineau concocté par le Chef de la Ribaudière a fait l’unanimité !

dessert cerise la Ribaudière

Le vieillissement du pineau se fait, comme le Cognac, sous bois. Si le minimum de vieillissement sous bois est de 12 mois pour un pineau blanc (18 mois au total) et 8 mois pour un pineau rouge (12 mois au total), la plupart des acteurs de la filière procèdent à des vieillissements plus longs. Des mentions vieux (>5ans sous bois) et très vieux ou extra vieux (>10 ans sous bois) permettent de guider le consommateur à la recherche de profils aromatiques sur le rancio, la noix, le miel, la vanille, le pruneau ou le chocolat.

Les très vieux Pineaux des Charentes développent en effet des arômes de rancio très élégants qui se marient à merveille avec le foie gras ainsi qu’avec du chocolat, des desserts caramélisés ou sur des fruits acides comme l’abricot…

Ces deux desserts dégustés pour le premier au Château de l’Yeuse et à la Ribaudière pour le second ont constitué de parfaits accords !

dessert l'Yeuse

dessert la Ribaudière tarte abricot

Conseils de dégustation :

Je vous conseille de le déguster à environ 8°C dans un verre tulipe.

Contrairement aux vins, le Pineau des Charente se conserve debout et n’évolue plus une fois en bouteille.

Une fois ouverte, la bouteille peut être conservée un an au réfrigérateur… mais je suis certain que vous la terminerez bien avant…

Si le Pineau des Charentes est traditionnellement consommé à l’apéritif – j’avoue que les Pineaux des Charentes jeunes, blancs ou rouges s’y prêtent particulièrement bien étant donné leur rondeur et les arômes de fruits frais et floraux très marqués – d’autres temps de dégustations peuvent être envisagés.

Le Pineau des Charentes blanc est traditionnellement marié au melon dans sa région de production.

Les Pineaux des Charentes vieux et très vieux font de beaux mariages sur les fromages. Notamment le Conté, le Goudat, la Mimolette ou le Parmigiano Reggiano longuement affinés ainsi que sur les pâtes persillées…

Avec la découverte des Pineaux des Charentes très vieux, j’ai aussi réalisé qu’ils pouvaient être consommés comme digestifs, et offrent une bonne alternative pour les personnes qui n’apprécient pas trop les spiritueux en raison de leur forte teneur en alcool.

Le très vieux Pineau des Charentes blanc du Domaine Ménard (13 ans de vieillissement sous bois) qui fête ses 200 ans en 2015, m’a particulièrement convaincu pas sa tension, ses arômes de rancio ainsi que par sa légère amertume.

Publicités