15 millésimes de Beaujolais… en dégustation

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de rencontrer de fabuleux vignerons du Beaujolais autour d’une dégustation des millésimes 2001 à 2015 sur toutes les appellations de cette formidable région vitivinicole.

photo beaujolais dégustation foodwineandstyle
Le premier constat : la diversité.
Le gamay s’exprime avec beaucoup de nuances selon les terroirs et les méthodes de vinification. Si parfois, il « pinote », il prend aussi des allures de grenache sur certaines cuvées…

Voici un retour sur mes cuvées préférées par millésimes décroissants :

AOC Beaujolais Domaine du Vissoux, cuvée traditionnelle 2015
Pour son nez très épicé et ses notes de ronces. Une superbe trame acide et une finale légèrement amère… Un vin de garde en devenir…

AOC Beaujolais Domaine JG Chasselay, cuvée La Platière 2014
Pour sa minéralité, sa texture généreuse et sa finale gourmande et griottée. A carafer, à ce stade.

AOC Saint-Amour, Domaine du Haut-Poncié 2013
Pour son beau bouquet de rose fanée et de cerise noir, son équilibre et ses allures de grenache…

AOC Brouilly, Domaine de Bel Air, cuvée Gorge de Loup 2012
Pour son bouquet floral et minéral, son caractère gouleyant et sa fraîcheur et ses tannins serrés.

AOC Moulin-à-vent, Maison Mommessin, cuvée Réserve du Champ de Cour 2012
Pour sa fraîcheur, sa structure et son superbe potentiel de garde… Encore un bébé.

AOC Beaujolais Villages, Château de Lavernette, cuvée Jadis 2011
Pour son bouquet de mûres, sa texture juteuse, et sa belle tension. Un vin qui commence à prendre la route de l’évolution…

AOC Chénas, Domaine Pascal Aufranc, Vignes de 1939, 2010
Pour son nez très mûr, son fruité intense sur la fraise écrasée et la cerise noire, pour sa rondeur…

AOC Régnié, Domaine de la Ronze, cuvée Grande Sélection 2009
Pour son nez intense sur des notes de famboises, de figues et de fraises des bois, sa texture juteuse et son équilibre entre rondeur et tension… Une pure gourmandise.

AOC Côte de Brouilly, Château Thivin, cuvée Zaccharie 2009
Pour sa rondeur et sa puissance, ses notes épicées… une vraie réussite !

AOC Saint-Amour, Domaine des billards Jean Loron 2005
Pour sa tension toujours présente et ses belles notes de tabac blond.

AOC Côte de Brouilly, Château Thivin, cuvée Zaccharie 2004
Pour son côté terreux, ses arômes de cassis, son caractère juteux et tendu à la fois… Superbe cuvée !

AOC Chiroubles, Domaine Cheysson, cuvée traditionnelle 2001
Pour sa belle robe aux nuances ocres, ses arômes d’épices et de torréfaction, de fruits à noyaux et d’écorces d’orange confite… Divin !

AOC Beaujolais villages, Domaine de la Madone, cuvée Fûts de Chêne 2000
Pour son équilibre et son nez d’évolution sur le sous-bois, de noyaux de griottes, de tabac blond et ses notes légèrement empyreumatiques… Un beau moment.

On termine donc sur un deuxième constat majeur ! Certains Beaujolais sont de grands vins de garde…

Bravo à tous les vignerons. Il ne vous reste plus qu’à déguster toutes ces belles cuvées !

Publicités